[Lycée St Louis - St Bruno] Option Art Danse au baccalauréat
Accueil du siteARTS PLASTIQUES
ART DANSE
Option Art Danse au baccalauréat
Dernière mise à jour :
mardi 13 juin 2017
   
Option facultative Art Danse au baccalauréat
(JPG)























































Ouverture de l’option facultative Art Danse, à partir de la rentrée de septembre 2016, en partenariat avec l’Académie de Ballet Nini Theilade.
Option facultative, de 3 h par semaine, de la Seconde à la Terminale suivant le référentiel du Ministère de l’Éducation Nationale.
Cette option est différente de l’option danse en EPS.

Cette option facultative Danse pourra être présentée au baccalauréat général et technologique.

Option hors contrat.
Le coût financier est à la charge des familles pour un montant maximum de 195 € par an (en fonction du nombre d’élèves).



(JPG) (JPG) (JPG)











DANSE EN CLASSE DE SECONDE, PREMIERE ET TERMINALE ENSEIGNEMENT FACULTATIF TOUTES SÉRIES

Définition et objectifs :

Introduit dès la seconde, l’enseignement facultatif « Art-danse » ouvre à la diversité des notions relevant de l’art chorégraphique en faisant interagir deux composantes fondamentales à toute éducation artistique, une pratique artistique et un ensemble de connaissances culturelles. Il se propose ainsi de fournir à l’élève un ensemble d’acquis élémentaires, pratiques, culturels et méthodologiques pouvant servir de socle à un solide parcours de formation et de pratique en danse.

Dans sa composante pratique, l’enseignement valorise la dimension poétique du corps et privilégie l’expression et l’interprétation artistiques du mouvement. Il met en jeu les éléments nécessaires à l’élaboration de la chorégraphie et développe la capacité à faire des choix de composition (d’espace, de temps, de matières corporelles, de relation entre danseurs, de relations à la musique, etc.). Il développe des syntaxes mettant en relation plusieurs éléments (danseurs, espace, temps, autres domaines de la création) et implique une relation dynamique entre l’élève et le groupe.

Dans sa composante culturelle, il prend en compte les références patrimoniales et contemporaines de l’art chorégraphique qu’il met en relation avec le travail chorégraphique des élèves. Il construit des liens avec les autres domaines de la connaissance qui croisent les problématiques de la danse et en enrichissent sa connaissance comme sa pratique.

L’enseignement vise trois objectifs principaux, dont le niveau d’exigence sera progressivement élevé au cours du cycle :

  •  Poser des repères dans le monde de la danse : histoire, œuvres, pratiques, etc.
  •  Acquérir et approfondir des compétences pratiques dans le domaine de l’expression chorégraphique.
  •  Développer sa connaissance et sa pratique de la danse en la nourrissant d’éléments empruntés à d’autres domaines de l’art et de la pensée.

    Aucun prérequis technique ou culturel n’est exigé : cet enseignement s’adresse aussi à des élèves débutants en danse. L’équipe pédagogique s’attache à identifier les parcours antérieurs des élèves qui constituent le groupe classe, leurs pratiques et leurs motivations, afin de les faire dialoguer, d’en tirer parti et de les articuler. Au terme de sa formation scolaire et du suivi de l’enseignement facultatif « Art-danse » en cycle terminal, l’élève peut envisager de poursuivre son parcours personnel, soit individuellement en profitant de l’offre culturelle qui l’entoure, soit en engageant des études supérieures en lien avec la danse et les arts du spectacle.

    Notions fondamentales de référence Tout au long de ces trois années, l’enseignement facultatif explore les notions fondamentales de l’art chorégraphique : le corps en mouvement, les procédés d’élaboration de l’œuvre, les modes de réception esthétique. Ces notions orientent les démarches pédagogiques, la mise en œuvre des situations d’étude et constituent les points d’appuis des études et analyses relevant des composantes pratique et culturelle.

    Le corps en mouvement :

  •  en tant que matière dansée : gravité et verticalité, poids, appuis, points d’initiation ou moteurs du mouvement, circulations, traces, formes, rythmes, flux, rapport à l’espace, rapport au temps, qualités gestuelles, vocabulaires techniques, etc. ;
  •  en tant que paramètre de l’écriture chorégraphique : un ou plusieurs corps en présence, gestes codifiés ou inventés, jeux de relations entre les danseurs, etc. ;
  •  en tant que support de l’interprétation : la présence, l’écoute, la nuance, le jeu, etc.

    Les procédés d’élaboration de l’œuvre :

  •  synchroniques (création et exécution de l’œuvre) : l’écriture chorégraphique et ses différents paramètres, les procédés et les processus de composition, la composition spatiale et temporelle, les partis pris chorégraphiques, la scénographie, les relations univers sonore/danse, les collaborations artistiques, les divers lieux de créations, etc. ;
  •  diachroniques (contexte de l’œuvre) : l’inscription dans un temps historique et dans un espace social, l’œuvre dans le parcours de l’artiste, etc.

    Les modes de réception esthétique :

  •  les modalités de l’observation : lecture sensible et lecture référencée, description, premiers critères d’analyse des œuvres, premiers outils d’analyse du mouvement dansé, verbalisation orale ou écrite, etc. ;
  •  les niveaux de l’analyse : débuts d’interprétations et de mises en perspective.

    Compétences visées et évaluation Durant les trois années, l’élève développe et approfondit des compétences artistiques, culturelles, techniques, méthodologiques et comportementales. Compétences et situations de référence permettent à l’équipe pédagogique d’évaluer régulièrement les acquis, réussites et difficultés des élèves.
    (JPG) (JPG)









    ÉPREUVE AU BACCALAURÉAT GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE

    Définition des épreuves facultatives de danse, aux baccalauréats général et technologique.

    Épreuve orale.
    Durée : 30 minutes.
    Temps de préparation : 30 minutes.
    Première partie : 10 minutes maximum.
    Deuxième partie : 20 minutes maximum.
    Le candidat est noté sur 20 points répartis comme suit :
    −première partie notée sur 13 points à raison de 7 points pour la composition et de 6 points pour l’improvisation ;
    −seconde partie notée sur 7 points.

    Modalités de l’épreuve L’épreuve est organisée en deux parties enchaînées. La première partie, une composition chorégraphique et une improvisation, précède un entretien sur la pratique chorégraphique du candidat puis sur la fiche synthétique présentée au jury.

    Objectifs de l’épreuve L’épreuve permet d’apprécier chez le candidat : la maîtrise d’un ensemble de repères relatifs à l’histoire, aux œuvres et aux pratiques du monde de la danse ; la capacité à mobiliser des compétences pratiques dans le domaine de l’expression chorégraphique ; sa connaissance et sa pratique de la danse nourries, notamment, d’éléments empruntés à d’autres domaines de l’art et de la pensée.

    Première partie : pratique chorégraphique Le candidat interprète une composition chorégraphique originale qu’il présente brièvement et une improvisation en solo en temps limité à partir d’un sujet proposé. Les contraintes qui président à la composition et à l’improvisation sont arrêtées comme suit : −Composition : le candidat présente une composition chorégraphique de 2 à 3 minutes. Il l’interprète seul ou avec 2 à 3 danseurs (choisis parmi ses partenaires habituels des classes de danse de son lycée). Élaborée en cours d’année, la composition chorégraphique interprétée témoigne des outils gestuels, syntaxiques et stylistiques acquis dans le cadre du programme de terminale et met en jeu des qualités inventives de construction et d’interprétation. L’éventuel accompagnement musical est fourni par le candidat au format CD audio.

    −Improvisation (composition individuelle en temps limité) : le candidat présente une improvisation individuelle d’une durée de 1 à 2 minutes à partir d’un sujet tiré au sort au début de la préparation. Induits par le programme de la classe terminale, les sujets proposés peuvent revêtir des formes diverses, qu’il s’agisse de mots, de phrases ou d’images. Chaque sujet est accompagné de deux propositions d’accompagnement musical. Le candidat peut choisir l’une d’entre elles pour développer son improvisation ou encore décider de s’en passer.

    Deuxième partie : entretien avec le jury L’entretien est organisé en deux temps successifs. Le premier permet de revenir sur la pratique chorégraphique du candidat dont témoigne la première partie de l’épreuve ; le second interroge ses compétences culturelles.

    −Premier temps - entretien sur la pratique chorégraphique : guidé par les questions du jury, le candidat expose les intentions et les choix qui ont présidé à l’élaboration de la composition et de l’improvisation précédemment présentées. Autant que de besoin, il est amené à citer ses sources et références. Les questions posées l’amènent à témoigner de sa réflexion sur sa propre pratique en lien avec sa culture chorégraphique.

    −Second temps - entretien sur les compétences culturelles : guidé par les questions du jury, le candidat témoigne de sa culture chorégraphique et de son degré d’appropriation du matériau gestuel comme des notions fondamentales de la danse. L’entretien s’appuie pour partie sur la fiche synthétique d’une page maximum présentée au jury. Élaborée par le candidat et visée par le proviseur, elle présente : les grandes lignes du projet développé dans le cadre de l’enseignement en classe terminale, l’articulation entre la pratique chorégraphique menée par le candidat et le programme de la classe terminale (composantes pratique et culturelle), les activités menées par le candidat durant l’année de terminale (recherches, exposés, rencontres d’artistes ou de professionnels, spectacles vus, participations à des événements artistiques dans le lycée ou en dehors, etc.).

    (JPG)